Accueil   |   Aziz Senni   |   Actualités   |   Vidéos   |   Contactez-moi
 
 

actualités...
             Retrouvez ici toute l'actualité écrite d'Aziz Senni

Pourquoi nos banlieues sont-elles une fabrique à djihadistes ? Aziz Senni

Pourquoi nos banlieues sont-elles une fabrique à djihadistes ?

Plus j'entends nos dirigeants politiques parler de nos banlieues, plus j'ai l'impression qu'ils habitent vraiment sur une autre planète !
N'en déplaise à M Valls qui prétend « qu'expliquer c'est excuser » : ce qui se passe aujourd'hui dans notre pays relève de la responsabilité de ceux qui alternativement nous "gouvernent" depuis 30 ans : à mes yeux de véritables incompétents notoires, des mauvais à tout qui ont réuni tous les ingrédients pour que cela explose et génère haine et rancœur.

Pourquoi quelqu'un né et ayant grandi en France en arrive à haïr son pays au point d'en vouloir sa destruction et celle de ceux qui y vivent ?

Nos « élutes » (élues-élites) ont créé des zones urbaines sociologiquement, ethniquement, cultuellement homogènes.
Depuis les années 80, à Paris, sous les belles dorures des palais de la République, main sur le cœur et discours républicains hypocrites, ceux qui ont pour mission d’améliorer notre quotidien crient au communautarisme mais dans nos banlieues les mêmes donnent des consignes aux commissions d'attribution de logements sociaux afin de grouper ethniquement les demandeurs (comme l’affirmait récemment sur un plateau de France 5, M Puponi, Pdt de l'ANRU)
Tous ces quartiers aux ces cages d'escaliers structurées par ethnie : bloc maghrébin, bloc Afrique subsaharienne, bloc turc ... Tout cela a été pensé, structuré et ne relève pas du hasard !

Reléguées socialement, économiquement, géographiquement, l'avenir leur semble bouché.

Humiliés par la difficulté à trouver un emploi et par le contre-exemple des plus diplômés victimes de discrimination et devenus des arguments pour les radicaux.
Venant de droite comme de gauche, les propos agressifs de ces dernières années sur l'Islam, la Laïcité passée de garante de la coexistence des cultes à une laïcité de combat niant les cultes, les débats sur l'identité nationale, le halal, les minarets, l'interdiction aux mamans d'accompagner leurs enfants en sortie avec leur voile ou leur fichu, l'interdiction de repas de substitution, nos interventions en Libye et ailleurs, ect … tant d'arguments exploités par les radicaux pour recruter une jeunesse perdue.

La haine nourrit la haine !

Humiliation, discrimination, portes fermées et ascenseur social bloqué : les radicaux surfent sur ce terreau créé et renforcé pendant des années non pas dans l'intérêt des français mais par pur intérêt électoral !
Les ministères sont pleins de rapports brillants d'acteurs associatifs de terrain, de sociologues expérimentés qui ont tiré le signal d'alarme il y a bien des années.
Pour la paix sociale, dans des villes du 78, 93, 91, 13 et bien ailleurs, des élus locaux ont dealé électoralement avec des réseaux radicaux pour se faire élire : tout le monde sait, le Canard Enchaîné en fait état de temps à autre mais tout le monde s'en fou jusqu'à ... quand ?
L'hypocrisie est là aussi : un silence complice qui tue !
Entendre un Ministre de la ville affirmer qu'il y a 100 Molenbeek en France c'est à nouveau la preuve de leur ignorance : bien évidement qu’il y a bien plus de 100 foyers radicaux dans notre pays.
Le potentiel de recrutement de Daesh dans nos quartiers est immense parce que le désespoir y est immense.
Notre pays n'offre aucune perspective d'avenir comme elle ne l'offre pas à ceux diplômés de grandes écoles qui filent à Londres, New York, Hong Kong ou ailleurs vivre leur « rêve américain » à défaut de « rêve français »

Nous continuerons à pleurer nos morts, tant que comme le dit le patron de la DCRI, les solutions économiques et sociales ne sont pas mises en œuvre bien en amont : encore faut-il avoir la vision et le sens de l'Etat pour le faire, au-delà des petits calculs électoraux.



Bookmark and Share
[ ... Voir toutes les actualités ... ]
 
à lire...



...Commandez-le livre


à suivre...

 
 
  © Aziz SENNI * 2010 - 2017 * Reproductions interdites * Photos Steven Wassenaar.